Blogue / Chroniques

On ne se bouscule pas pour offrir des emplois

J'aime bien regarder ce qui se passe de l'autre côté de la frontière américaine pour mieux comprendre les tendances mondiales qui vont affecter de près ou de loin le marché juridique au Canada et au Québec.

The American Lawyer publiait cette semaine un tableau sur la progression de l'emploi en général aux États-Unis comparativement à l'emploi dans le secteur juridique. Le voici: 

En gros, la création d'emplois aux États-Unis a repris sans arrêt depuis 2010, mais le secteur juridique est presqu'au même point qu'après la crise économique. En effet, la création de 100 000 emplois (entre 30 000 et 40 000 postes d'avocats) en plus de 5 ans dans un marché qui produit entre 35 000 à 40 000 avocats par année est nettement insuffisant.

Que devons-nous en tirer?

D'abord, on doit éviter de conclure quoi que ce soit sur l'industrie. On pourrait déduire que les cabinets contrôlent mieux leurs coûts en capital humain, ce qui laisse présager une meilleure gestion qui maximise leur profitabilité et assure leur survie à moyen terme. On pourrait aussi aller à l'opposé du spectre et croire que les revenus sont en panne, donc qu'on ne peut pas embaucher. L'un est relativement bon, l'autre est très mauvais. Ne nous aventurons pas en ces eaux troubles.

On peut cependant en comprendre que les cabinets ne veulent pas investir énormément dans le capital humain par les temps qui courent. En fait, voir que presque tous les secteurs de l'économie roulent à plein régime et que ça ne se répercute presque pas dans l'emploi juridique n'est pas un très bon présage pour le modèle d'affaires que nous connaissons. Il faudra éventuellement se rendre à l'évidence: la structure des bureaux est en train de changer...

Réagissez sur les réseaux sociaux

À propos de Alexandre Thibault

La pratique d'Alexandre est concentrée en droit des affaires et il conseille des entreprises dans le cadre de dossiers allant de fusions et acquisitions au financement, en passant par une multitude de dossiers commerciaux et corporatifs. Il est particulièrement apprécié pour sa compréhension de la dynamique d’affaires et ses recommandations stratégiques dans le cadre de ses dossiers. Il donne également des conférences en matière de développement des affaires, de technologies et du futur des services juridiques. Alexandre a pratiqué le droit dans un grand cabinet national, dans le contentieux d’une grande entreprise cosmétique à Montréal, ainsi que dans une équipe de production télévisuelle à titre de conseiller juridique à Los Angeles. Ses expériences variées lui ont permis de développer une vision unique des services juridiques.
http://www.linkedin.com/profile/view?id=52918244&locale=en_US&trk=tab_pro

Restez à l'affût

Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous à notre infolettre.

Commentaires

Les champs identifiés par un astérisque (*) sont obligatoires.

Entente de confidentialité: trucs et astuces

Si vous n'étiez pas en semaine de relâche la première semaine de mars, vous avez peut-être eu le temps/plaisir/dégoût de lire mon billet sur la planification stratégique d'une acquisition d'entreprise. J'avais alors entrepris la première étape d'une (…)

Lire la suite

Réflexion sur le contingentement de la profession d'avocat

On parle beaucoup ces jours-ci de la situation de l'emploi chez les jeunes avocats. L'AJBM a d'ailleurs publié en février 2016 un rapport sur la situation qui a été fort médiatisé. Dans cette foulée, le Barreau du Québec a publié un communiqué sur (…)

Lire la suite
Retour à la liste des articles