Pour diversifier ses partenaires commerciaux, mais aussi pour réduire les risques reliés à la perturbation de la chaîne d’approvisionnement mondiale, le Canada est présentement activement à la recherche de nouveaux partenaires commerciaux. Il a en effet été rapporté dans les médias récemment que le Canada et l’Inde souhaitent relancer leurs discussions concernant la conclusion d’un accord de libre-échange. Le Canada a également confirmé, par l’entremise de sa ministre du Commerce international, avoir entamé des pourparlers avec l’ANASE (l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, qui regroupe plusieurs pays du sud-est de l’Asie, notamment l’Indonésie, les Philippines et la Thaïlande) en vue de la conclusion d’un accord de libre-échange.

Également en lien avec les accords commerciaux, un autre dossier sera à surveiller : au mois de novembre, les dirigeants des États-Unis, du Canada et du Mexique[1], ont tenu une rencontre pour discuter de plusieurs enjeux, notamment de la volonté par les États-Unis d’appliquer des mesures protectionnistes Buy American. Le Canada s’y oppose puisque cette mesure oblige les entreprises canadiennes à investir de plus en plus aux États-Unis pour continuer à avoir accès au marché américain. Il a plutôt proposé une approche Buy North American, qui consisterait à étendre le concept du Buy American au Canada et au Mexique et donc d’en faire une politique d’achat « local » nord-américaine.

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

[1] Rappelons que ces trois pays sont liés par l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM), qui a remplacé officiellement l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Sélectionnez votre secteur