Un autre titre accrocheur, qui vous fera croire qu’on s’aventure ici à nouveau dans le monde du football. N’aurais-je rien appris depuis ma prédiction sur la victoire des Broncos l’an dernier?

En effet, il serait facile de traiter des transactions comme celle qui a amené le demi LeGarette Blount à Nouvelle-Angleterre (deux touchés contre les Colts en demi-finale) « transaction » nettement sous-évaluée pour l’équipe qui a laissé partir un joueur  qui contribue aux succès de sa nouvelle équipe. On pourrait allègrement y aller de la pré-inscription sur ce blogue de ma prédiction cette année : Patriots 35, Seahawks 17.

Mais non, Edilex.com impose avec rigueur au Monde Merveilleux de l’insolvabilité©  le respect de règles sévères, une fatwa comme la NFL, et on dégonfle donc mon ballon d’essai sportif. Il sera donc question du chemin du droit ou du droit chemin, pas celui de l’explication scientifique élaborée par le jovial entraineur des Pats, Bill Belichik, au sujet de la physique de l’air comprimé par température froide.

Je vous parlais récemment de l’inopposabilité et de la nullité.

Si l’une se confond avec l’autre, il en est autrement du recours du syndic visant à attaquer une opération sous-évaluée, lequel  recherche une condamnation monétaire, en faveur du syndic, de la personne qui a transigé avec l’insolvable, maintenant failli, pour un montant équivalent au préjudice subi par la masse.

Et la Registraire Chantal Flamand confirme dans une décision récente que ce type de recours monétaire ne peut pas faire l’objet d’une pré-inscription au registre foncier, car il ne vise pas la détermination d’un droit réel admissible à la publicité. Comme au Super Bowl où les publicités américaines ne sont pas admissibles au Canada par décision du CRTC.

Dans le dossier Ortner (Syndic de), 2014 QCCS 4763 (CanLII), le syndic recherchait une condamnation de la société créancière hypothécaire immobilière au montant de 567,000$ suite à une dation en paiement volontaire d’un immeuble,  consentie par le débiteur insolvable. Le syndic accompagne sa demande d’une requête fondée sur l’article 107 des Règles sur la faillite et l’insolvabilité et demande la permission de préinscrire son recours, ce qui ne donnerait pas un effet rétroactif au jugement au mérite mais pourrait en faciliter l’exécution.

La registraire Flamand écrit : « Le syndic a porté son choix en réclamation de deniers en vertu de 96.(1) LFI sans aucune conclusion ayant trait à l’annulation de la transaction attaquée, la dation en paiement en faveur de l’intimée Samprêt plus inc.; »

La permission de préinscrire est donc refusée. Répondant possible à une question différente, mais tout aussi pertinente, notre expert en résidence Pierre Martin, de Martin & Associés, déclarait récemment à Edilex.com:

« Si on ne tient pas compte de l’émotion, les Pats devraient l’emporter. Ils sont une formidable machine de football ayant peu de faiblesse, sinon leur capacité du long jeu à l’attaque. Ils sont si réfléchis qu’ils ont tenu compte de la température pour dégonfler leur ballon et gagner avec assurance.

 Du côté des Seahawks, tant que la joute ne comporte pas de passion, ils sont très bons mais pas exceptionnels, ne pouvant rien casser eux non plus avec le long jeu aérien. Les Seahawks possèdent dans les trois phases du jeu, un équilibre de force et de rapidité aussi fort que les Pats.

 Je pense que ça se jouera au niveau des émotions si les Pats trébuchent tôt ou si Wilson est plaqué derrière la ligne et échappe le ballon, l’équilibre ne sera plus un facteur aussi déterminant, ce sera le deuxième et le troisième souffle, la capacité de se dépasser mais en équipe.

 La réponse est simple, laquelle des deux équipes répondra le mieux à l’intangible, la surprise et à la grandeur de l’événement. A date les Pats ont eu peur et démontrent qu’ils ne sont pas si confiants en leur capacité de se rendre aux plus hauts sommets. 

 Les Seahawks n’ont fait qu’attendre que la pression monte pour performer.

 Donc, si on garde un œil sur les ballons car le temps sec de l’Arizona pourrait assécher le cuir et réduire la taille des ballons, si on donne des calmants aux arbitres pour leur permettre de bien performer et si Katy Perry met du pep dans le stade, les Seahawks vont gagner par 3 points.

 PS Lynch est le blessé le plus important à surveiller du côté des Seahawks et Hightower du côté des Pats. Ce match va se jouer dans un espace très restreint et ça va frapper dur, les blessures détermineront l’issue. »

Merci Pierre. La réponse dimanche.

 

Une réponse à Super Bowl XLIX, Transactions sous-évaluées et Pré-inscription

  1. Pierre Fournier-Simard dit :

    Pats par 10! Je ne suis pas d’accord avec l’analyse de Me Martin. L’offensive des Seahawks étaient aussi dégonflés que les ballons de Pats lors du match contre les Packers et ils n’ont fait que profiter d’erreurs stratégiques importantes de la part de ces derniers pour gagner. La défensive des Pats peut les contenir à 20 points. Du côté de la défensive des Seahawks, il est évident qu’ils ont beaucoup d’armes, mais pas assez pour couvrir les nombreux receveurs de talent des Pats. Pats 30 – Seattle 20.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *