La vie après le droit, c’est quoi? Pour certains, pas besoin d’y penser puisque le droit représente une passion qu’ils désirent pratiquer pour le restant de leurs jours. Or, si plus de 900 étudiants se trouvent sur les bancs de l’École du Barreau chaque année et que le nombre d’avocats croît à pas de tortue, c’est probablement parce que certains d’entre nous finissent par changer de voie sur l’autoroute de la vie. Pardonnez la métaphore douteuse.

Une nouvelle firme de recrutement, Recrutement Life After Law, a compris cette réalité et veut agir à titre de brigadier pour ce changement de carrière. Pardonnez cette autre métaphore encore plus douteuse…

En fait, Judy Kremer (sur la photo), du nouveau bureau de Life After Law à Montréal, se spécialise dans le placement de ressources qui ont un background juridique, mais qui veulent se tourner vers autre chose. Ici, autre chose veut dire du développement des affaires en entreprise, un poste de gestion dans un cabinet d’avocats, un poste de gestionnaire de contrats, mais aussi certains postes en contentieux.

DSC_0957

Le concept a fait ses preuves à Toronto, puisque la firme y a déjà pignon sur rue depuis plus de dix ans. Randi Bean, la fondatrice de l’entreprise qui compte maintenant trois bureaux au Canada, y a réalisé qu’il manquait de conseillers pour les juristes voulant changer de carrière. Son concept est donc parti de ce constat et a connu un fort succès.

Or, malgré le concept éprouvé, les deux femmes d’affaires savent que le marché du Québec est plutôt différent de celui du reste du Canada, ce qui nécessitera probablement certains ajustements en cours de route. On se doute que l’expérience accumulée à ce jour par l’entreprise les aidera à naviguer dans La Belle Province…

Si vous consultez ce blogue régulièrement, vous vous doutez probablement de mon opinion sur cette entreprise. Je crois que ces entrepreneures ont trouvé une niche qui va grossir dans la prochaine décennie puisqu’au fur et à mesure qu’il devient plus difficile d’évoluer dans le marché juridique, plus de gens vont se chercher des nouvelles opportunités. Maintenant qu’elles sont dans une excellente niche, j’ai bien hâte de voir comment elles vont tirer leur épingle du jeu.

Si nos quelques conversations sont représentatives de leurs capacités, je ne m’inquiète pas beaucoup pour leur futur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *