Vous connaissez probablement Yelp, le site de recommandation qui vous permet de voir si tel restaurant du Plateau Mont-Royal risque de vous causer un empoisonnement alimentaire sans que vous ayez à y mettre les pieds.

Pourquoi ce site connaît-il autant de succès? Simplement dit, les gens aiment se faire recommander des choses par les autres.

Qu’est-ce que les gens aiment encore plus que se faire recommander des choses par les autres? Se faire recommander des choses par des gens en qui ils ont confiance, soit leurs amis ou des gens qui sont respectés dans leur milieu. C’est d’ailleurs une des raisons qui fait que Facebook connaît autant de succès, puisqu’une multitude de sites sont maintenant bâtis sur leur plateforme, permettant ainsi aux utilisateurs de savoir si leurs amis ont aimé un film (Rotten Tomatoes) ou s’ils ont lu un article en ligne (Yahoo et une multitude d’autres sites de nouvelles). Linkedin a aussi récemment ajouté une nouvelle fonction de recommandations à sa plateforme pour permettre aux utilisateurs de pouvoir recommander leurs relations pour des talents particuliers (voir ci-dessous).

Si certaines personnes qui s’y connaissent dans un domaine recommandent un individu, ça risque de donner confiance à un client ou un employeur éventuel. Par exemple, le fait de voir que 5 avocats de contentieux affirment que vous êtes doués en matière de négociation de contrats ne peut faire de tort à vos chances d’obtenir un mandat pour la vente d’une entreprise.

Donc, recommandation = efficace. Ceci étant dit, pourquoi ne tirons-nous pas avantage de cette constatation pour faire un pas de plus avec nos outils marketing? Je m’étonne toujours de voir sur des sites web des bio de juristes avec des mentions similaires à celle-ci:

A représenté une société dans le domaine des pâtes et papiers dans le cadre de l’opération X.

Ça dit que vous avez effectué ce travail pour une entreprise, soit, mais ça ne donne pas l’essence et surtout, ça ne décrit pas le niveau de satisfaction du client. Ne serait-ce pas plus efficace de voir ceci:

«Les interventions de Me Unetelle dans nos dossiers sont non seulement toujours pertinentes et fort utiles, mais son souci de nos processus d’affaires fait vraiment d’elle une avocate exceptionnelle.»

- Jean Tremblay, vice-président – affaires juridiques, Société XYZ

Selon moi, poser la question, c’est y répondre.

La question déontologique

Certains me font remarquer que notre Code de déontologie (art. 5.06) nous empêche de publier des recommandations. Or, en cette ère où tant de sites nous permettent de faire ceci en ligne sans contrôle, je ne suis pas certain si cette règle peut tenir la route à long terme puisqu’il devient très difficile pour un avocat d’empêcher les autres de le recommander. Je vois mal notre ordre professionnel patrouiller les pages Linkedin de chacun des membres pour nous empêcher d’être recommandé en matière de rédaction de contrats et de négociation… Qu’en pensez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *